Comment monter une holding ?

La création d’une société passe par différentes étapes. L’entrepreneur doit effectuer des démarches administratives, fiscales, sociales et juridiques. Ces différentes formalités permettent d’obtenir le droit d’exploiter une entreprise. Par ailleurs, les sociétés ont différents formats et des objectifs différents. Parmi les multiples sociétés actuellement en vogue figure la société Holding. Il s’agit d’une entité qui peut détenir des participations dans d’autres sociétés. Découvrez ici les différentes étapes à suivre pour monter cette forme de société.

Définir son profil de holding

L’entrepreneur doit commencer par déterminer quel type de holding il souhaite constituer. En effet, cette étape peut influer sur le choix des critères comme le statut juridique, le nombre de collaborateurs, etc.

La méthode de création

Le créateur de la holding a deux choix : se servir d’une société existante ou créer des filiales. La première solution consiste à utiliser les titres d’une entreprise déjà créée pour monter la holding. C’est une approche de constitution par le haut. Elle est opposée à la constitution par le bas qui consiste pour une entreprise à créer des filiales tout en conservant des titres.

La forme d’exploitation

La holding a essentiellement deux modes d’intervention : gérer un portefeuille sans influer sur le management ou intégrer la direction d’une société en détenant des titres. Le premier mode de gestion est considéré comme passif. La holding de gestion ne s’occupe dans ce cas que de l’exploitation de ses titres. La holding d’animation (second cas) joue un rôle d’administrateur. Cette intervention est dite active, car la holding devient un acteur dans le management de la société détenue.

L’objectif de la holding

La holding peut servir à centraliser le pilotage de plusieurs entreprises. Elle peut aussi être créée dans le but d’acquérir des titres dans différentes sociétés. Dans le premier cas, elle nécessite moins de fonds. Ce sont les patrimoines des sociétés existantes qui sont mutualisés pour monter la société. Dans le second cas, la holding d’acquisition doit détenir des capitaux importants pour prendre le contrôle des sociétés.

Par conséquent, l’entrepreneur se base sur l’objectif visé pour choisir la forme d’exploitation à adopter. Ainsi, il sera en mesure de déterminer la meilleure méthode de création. Cela lui permet d’effectuer son étude de projet et de rédiger son plan d’affaires.

Effectuer les formalités de création

La création de la holding passe par la rédaction des statuts. Ceux-ci contiennent différentes informations comme le statut juridique, le nom de la société, celui des dirigeants, le capital, etc. Par ailleurs, ce document établit les objectifs sociaux et les règles fiscales auxquelles est soumise la société.

Le statut juridique

Les formalités de création commencent par le choix du statut juridique. La holding peut être créée en société en nom collectif (SNC), en société à responsabilité limitée (SARL), en société par actions simplifiée (SAS), ainsi que d’autres statuts juridiques. La forme la plus utilisée est la SAS, car elle est plus adaptée aux opérations d’une holding.

Le nom et le siège social

L’étape suivante consiste à donner une dénomination sociale à la holding. L’entrepreneur détermine également son siège social. Ces deux formalités permettent de recevoir les documents inhérents à la création de la société. D’ailleurs, le créateur de la société doit renseigner au bureau de poste son siège social pour la transmission de son courrier.

Les dirigeants

Le créateur de la holding doit désigner le ou les dirigeants qui seront les représentants de la société.

Le capital social

Les créateurs de la holding doivent constituer le capital social de la société. Pour ce faire, ils peuvent servir de biens comme des immeubles et de numéraires. Ces apports sont versés sur un compte bancaire créé spécialement pour l’entreprise. D’autres actionnaires peuvent prendre des parts dans le capital social en faisant des apports en industrie. Il peut s’agir d’un portefeuille de clients ou d’une expertise.

Les bénéficiaires effectifs

La société doit effectuer au greffe du tribunal de commerce une déclaration de ses bénéficiaires effectifs (DBE). Cette démarche consiste à renseigner les personnes qui détiennent au moins un quart du capital de l’entreprise.

La publication

La création de l’entreprise doit faire l’objet d’une publication au niveau d’un journal d’annonces légales. Cette démarche est obligatoire et permet d’effectuer l’immatriculation de la société.

L’immatriculation

L’immatriculation de la société consiste en une déclaration d’existence. Elle peut être effectuée après le démarrage des activités (dans un délai de 30 jours). Cette démarche est effectuée au greffe du tribunal ou auprès de la Chambre de commerce et d’industrie. Les entrepreneurs peuvent aussi les effectuer au guichet unique des formalités des entreprises.

La holding doit tenir des registres obligatoires (livre journal, grand livre, livre inventaire, etc.). En outre, l’entrepreneur doit assurer sa société. Pour ce faire, il a le choix entre différents types de garanties.

Retour haut de page